2014/08/19

--------------------

Scriptonite Live Broadcast from Gaza #olsx 19th Aug 2014 #GazaUnderAttack 


 

LIVE!
Premium user
Broadcast started 22 minutes ago via webcam
19 Aug 19:59 WEST


https://twitter.com/Mogaza

----------------------------

2014/08/15





The Deviant Majority from Basaglia to Brazil (2010)


Duration: 34 minutes

The Deviant Majority (from Basaglia to Brazil) is a 34′ HD film on the multiple implications in art, politics and psychiatry of the anti-institutional movements born at the end of the sixties. The film is structured around three meetings —with the Accademia della Follia in Trieste, with C.R, and with the Grupo de Teatro do Oprimido “Pirei na Cenna”—

2014/08/11

Is the man delusional? Well, don’t jump to this conclusion too fast.



Is the man delusional? Well, don’t jump to this conclusion too fast. At the height of Israel’s bombardment of Gaza two weeks ago, its embassy in Dublin posted images on its official Twitter feed of the statue of Molly Malone in Dublin’s fair city – dressed in a niqab, the long black Muslim headscarf! (excuse the exclamation mark) – but this was either racist or monumentally childish. Over the image – Malone’s statue stands outside my old university, Trinity College in Dublin – were plastered in capitals the words: “ISRAEL NOW, DUBLIN NEXT.”

In case you think this was only for Irish consumers, another picture, addressed to Paris, depicted the Mona Lisa in a hijab and holding a missile. For Italy, the Israelis provided a picture of Michelangelo’s David with a skirt made of explosives. Denmark received a picture of the Little Mermaid holding a huge gun. “Israel is the last frontier of the free world,” was written on each.
This is surely beyond delusional. This is insane. A week earlier, the Israeli embassy in Dublin tweeted a picture of Hitler with the words “Free Palestine Now!”. These insulting tweets were taken down, but not before the Israeli ambassador to Ireland, Boaz Modai, had uttered the imperishable remark that “we are now in the middle of a war and I have other things to deal with”.


Robert Fisk








If Obama can Win Nobel Peace Prize, Why Not IDF?


2014/08/10

President Nicolas Maduro talks to Tariq Ali




July 24, 2014

Special Interview with president Nicolas Maduro

Caracas, Venezuela
The renowned scholar Tariq Ali conducted an interview today in Caracas with president Nicolas Maduro, as celebrations on the 231st birthday of Simon Bolivar mark the launch of teleSUR English.



2014/08/07

Democracy Now


 ------------------------------------------------------------------------











Email_white Daily News Digest

Hot Topicsall topics

2014/06/27

'Pour Jean Oury « Mais un sourire d’un schizophrène, comment vous l’évaluez ? »





 Ainsi le voilà parti !
On devait bien s’y attendre, cela allait arriver un jour ou l’autre, avec les quelques alertes au cours des dernières années. Il s’est éteint la nuit dernière à la Borde.
Nous laissant dans la tristesse de la perte.
Jean Oury, ce grand Monsieur aura marqué la psychiatrie française depuis plus de 60 ans, et nous laisse une oeuvre immense et un modèle de praticien, de penseur infatigable.


Lui qui se présentait toujours comme psychiatre, rappelait la parole de François Tosquelles, « La psychothérapie institutionnelle n’existe pas, c’est l’analyse institutionnelle qu’il faut sans cesse mettre au travail », nous rappelant toujours l’importance DU Politique.



Dans le droit fil de l’enseignement de Tosquelles qu’il avait connu comme interne en 1947 à Saint Alban, cet asile au fin fond de la Lozère, au bord de la Limagnole, il rappelait qu’en psychiatrie, il fallait marcher sur deux jambes, la psychanalyse et le marxisme.


De Saint Alban, cet hôpital où pendant les années de l’occupation et de la résistance, François Tosquelles avait jeté les bases de la pratique institutionnelle, rejoint par Lucien Bonnafé, puis Roger Gentis, il était parti après son internat vers le Loir et Cher, à la Clinique de Saumery. Il fallait l’entendre raconter comment il en est parti, en opposition avec le directeur, emmenant les patients dont il s’occupait, pour trouver un petit château et ainsi il a fondé la Clinique de La Borde.



Ce lieu thérapeutique, que Félix Guattari a rejoint en 1955, allait devenir une référence institutionnelle pour toutes celles et ceux qui ne pouvaient concevoir l’accueil de la folie que dans un cadre humain et respectueux, un lieu où la parole et la rencontre sont l’essentiel du soin aux malades mentaux. Mais aussi où les initiatives, autour de la création sont tout autant importantes que les médicaments et la psychothérapie référencée à la psychanalyse. Un lieu où les patients sont engagés dans la vie institutionnelle et le partage des tâches. Bien sûr ce lieu, comme tout lieu institutionnel, fut objet de critiques, de débats. Il n’en reste pas moins un lieu de résistance à l’entreprise normative des soins en psychiatrie.




Jean Oury déployait son enseignement, ou plutôt devrai-je dire sa parole, son discours dans de multiples rencontres, journées, colloques, mais aussi dans le cadre de son séminaire à Sainte Anne, qu’il a tenu tous les mercredis jusqu’à tout récemment encore.





Il savait ce que l’engagement voulait dire. Il nous l’a montré. Au cours des dernières années, il avait apporté son soutien au Collectif des 39, indigné, révolté après le discours indigne de Nicolas Sarkozy en décembre 2008, qui désignait les schizophrènes comme potentiellement criminels. Il était intervenu dès le premier meeting des 39 à Montreuil en février 2009, soutenant toutes les initiatives du collectif, prenant à nouveau la parole à la tribune lors des Assises citoyennes pour la psychiatrie et le médico- social organisées en juin 2013 à Villejuif par les 39 et les C.E.M.E.A ( Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active).




Il m’a appris la simplicité de la parole, donnant le sentiment rare à son auditoire que nous pouvions être intelligent en l’écoutant ! Chose rare et essentielle. Il maniait si bien toutes les références philosophiques, psychiatriques et psychanalytiques, que c’était un vrai régal de l’écouter. Une belle et grande érudition énoncée, si tranquillement !



L’écouter donnait envie d’élargir le champ de la connaissance, pas du Savoir. LE Savoir il le laissait à d’autres qui comme la confiture aiment bien en étaler des tartines …



La transmission avec lui coulait de source, et même s’il s’emportait parfois contre les technocrates certificateurs c’était toujours avec humour et malice.


Oui il avait un côté malicieux que j’aimais beaucoup. Sa façon de dire « avec toutes leurs conneries… » !


Et sa grande humanité :
« Mais un sourire d’un schizophrène, comment vous l’évaluez ? »



Paul Machto



2014/04/19

A world



.



A world where one thing is worth no more than another; where every existential singularity is methodologically devalued; where in particular, the affects of contingency, relative to old age, illness, madness, are emptied of their existential stigmata and become mere abstract parameters, managed by a network of welfare support services — everything bathed in an ineffable but omnipresent atmosphere of anxiety and unconscious guilt.


--------------------------- Schizoanalytic Cartographies p214

2014/03/22

Ensemble ANATA at "BODY WITHOUT ORGANS no. 1"

Digital Seungmu-The Body without Organs

the organism



..................









Dismantling the organism has never meant killing yourself, but rather opening the body to connections that presuppose an entire assemblage, circuits, conjunctions, levels and thresholds, passages and distributions of intensity, and territories and deterritorialization measured with the craft of a surveyor.




--------------------------------------